La chasse aux défauts

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La chasse aux défauts

Message par Ancolies le Jeu 11 Fév - 10:51

Si rien de paraît irrémédiable ou hors de portée financière, après avoir fait le tour extérieur de la maison, il est temps de pousser la porte et de pénétrer dans es lieux. De la cave au grenier, toutes les pièces doivent être passées en revue.

LA moindre Trace d'humidité apparente sur les murs ou les cloisons, la solidité de l'escalier, l'état des sols et de la charpente, la vérifications des menuiseries, rien ne doit être oublié. En passant de pièce en pièce, à chaque niveau de la maison, tous les points les plus sensibles de la maison sont testés.


A SAVOIR : Repérage des solives : Il est facile de repérer la positions des solives sous un revêtement de planches, en suivant la ligne de clous (toujours perpendiculaire) qui fixe les lames sur les solives



Les murs et les cloisons

A l'intérieur d'une construction, il existe deux sortes de séparation des espaces et des volumes : les murs de refend d'une part, et les cloisons d'autre part.
Les murs de refend sont des murs porteurs, souvent perpendiculaires (refends transversaux) ou parfois parallèles ( refends longitudinaux) aux murs de façade extérieurs. Ces murs porteurs sont habituellement construits en briques, en pierres ou en parpaing. Comme les murs extérieurs, ces murs porteurs s'appuient sur les fondations et reçoivent de lourdes charges (sols d'étages) et peuvent servir d'adossement à une cheminée ou à un escalier (mur d'échiffre).
Les cloisons sont les parois verticales qui séparent les espaces dans une construction ; légères, elles ne sont pas porteuses. Si autrefois, elles étaient constituées de dives matériaux plus ou moins ordinaires et peu solides, aujourd'hui les carreaux ou plaques de plâtre ou briques plâtrières remplacent avantageusement les divers platras constitutifs d'antan. Enfin si des pierres jonchent le sol du grenier, si des "jours" apparaîssent çà et là, si des vents coulis de faufilent sournoisement er si des nids d'oiseaux sont accrochés aux pièces de la charpente, la réfection complète des murs et de la liaison de la charpente avec la maçonnerie est à prévoir ainsi que l'icolation et la ventilation de la couverture.




Les Sols

Le sol que l'on appelle techniquement "le plancher" représente la paroi horizontale qui sépara deux étages, mai sil désigne aussi le revêtement de cette paroi sur laquelle on peut marcher? Il existe deux sortes de sols : le sol dur (bois, carrelage) et le sol souple (lino, plastique, moquette...). Un plancher se compose d'une ossature très solide et rigide (poutres, solives...) qui repose sur des murs ou des poteaux, et d'un remplissage plan d'ossature (dall, chape de mortier....)

Les menuiseries

Elles représentent toutes les parties en bois de l'intérieur de la maison, les portes de communication, les huisseries, les escaliers, les parquets, les lambris, les plinthes, les placards encastrés...
Dans les maisons anciennes, tous les ouvrages de menuiserie intérieure sont réalisés par des menuisers, y compris les escaliers qui peuvent aussi, si vous le préférez être corrigés par un charpentier.

La charpente

Si la charpente est encore en très bon état et que le coeur du bois n'est pas atteint, sa restauration n'est pas à envisager. En revanche, il faut absolument la traiter avec un produit fongicide et insecticide.
La maçonnerie encastrant les bois e charpente sera à refaire ; les bois devront aussi être traités.
Véritable ossature du comble. L'un des points les plus sensibles de al maison, la charpente mérite toute votre attention lors de l'achat. Dans pratiquement toutes les maisons anciennes, il existait un vide entre la charpente et le plafond de la pièce qui se trouve au dessus. Cet espace que l'on appelle grenier n'est pas prévu pour être habité, mais était prévu comme espace 'tampon' protégeant la maison du froid et des pluies. En effet, nos anciens, qui ne connaissaient pas encore le techniques d'isolation, tapissaient le paille le sol du grenier pour isoler le reste de la maison du froid, et pratiquaient dans la toiture quelques petites ouvertures appelées "chatières" qui favorisaient la ventilation, asséchant ainsi le grenier.

Le comble

Si le volume compris entre la charpente et le plancher haut est suffisant pour se tenir debout presque partout, il s'agit d'un comble et non plus d'un grenier. Il est alors plus pratique d'aller voir de prés la charpente et les murs. Cependant, prudence en vous déplaçant dans cet espace ! le plancher n'est peut être pas très fiable, surtout si la couverture est en mauvais état. Regardez bien où vous posez les pieds, sinon vous risqueriez de descendre directement dans la pièce située en dessous, en passant au travers du plancher.



L'absence de Comble

Si le comble n'existe pas, inutile de ramper sous la toiture pour vérifier l'état de la charpente. Équipez vous plutôt d'une puissante torche et promenez son faisceaux lumineux sur les bois, les murs et le sol. La vérification totale de la charpente est indispensable, même si à première vue, elle paraît en bon état.
Le sol du grenier. Le vérification des entraits et la pose d'un isolant entre les poutres, avant de recouvrir l'ensemble d'un sol, sont indispensables.

Tendance : Le lamellé-collé : Très récente la charpente en lamellée-collé est constituée de lattes de bois associées à joints décalés par collage. Ce procédé confère à la charpente une excellente resistance ( ce qui la prédestine à de grandes surfaces) et une esthétique architecturale parfaite

Les types de Charpente

Toutes les techniques de charpente peuvent se rencontrer. Mais il est d'usage d'en distinguer deux : la charpente traditionnelle, que l'on trouve dans toutes les constructions anciennes et la charpente industrielle, plus récente et donc plus fréquent dans les constructions neuves.

La charpente traditionnelle
Il s'agit d'un assemblage de pièces de bois généralement de forte section portant chacune un nom différent suivant le rôle qu'elles jouent et les charges qu'elles supportent.
Les arbalétriers, inclinés selon la pente du toit, portent les pannes.
Les entraits relient la base des arbalétriers empêchant ainsi leur écartement, ils supportent le plancher des combles.
Le poinçon, pièce verticale, supporte les entraits à son sommet, auquel s'assemblent les arbalétrières.
La contre-fiche, petite pièce, soulage l'arbalétrière en s'appuyant sur le poinçon.
La panne faîtière, pièce horizontale , forma l'arête supérieure des combles et portes les chevrons.
Les pannes, pièces horizontales, relient les fermes et portent les chevront
Les chevrons, pièces longues clouées sur les pannes, reçoivent les voliges.
Les voliges,longues et étroites pièces, portent la couverture.
La fabrication de la charpente traditionelle à lieu chez le charpentier, en atelier, alors que l'assemblage des pièces se fait sur le chantier. Quelle que soit la forme de la charpente, elle autorise l'aménagement des combles.



La charpente industrielle
la charpente industrielle est une série de fermes, légères et préfabriquées en série suivant des dimensions standardisées par le fabricant. Moins chère qu'une charpente traditionnelle, le choix d'une charpente industrielle comprend souvent des éléments annexes tels lucarnes, appentis. Cependant; sa légèreté ne permet pas la présence de combles.

Source : Le guide de la maison édition France Loisirs

Ancolies
Admin

Masculin
Nombre de messages : 34228
Age : 35
Localisation : Hazebrouck (Nord)
Date d'inscription : 01/01/2009

http://www.deco-moderne-fr.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum